Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mercredi 14 novembre 2012

Europe : Grève Générale contre l’Austérité

Coordonnée par la Confédération Européenne des Syndicats (C.E.S.), une grève générale se déroule aujourd’hui dans 23 des 27 pays de l’Union Européenne (U.E.) pour protester contre les mesures d’austérité. « L’austérité accroît les inégalités, accroît l’instabilité dans la société et ne résout pas la crise économique », a déclaré à la BBC Judith Kirton-Darling, Secrétaire de la C.E.S. Les mobilisations sont particulièrement fortes en Espagne, où le taux de chômage – le plus élevé de la zone euro – dépasse 25%, au Portugal, en Italie et en Belgique. A Madrid, au moins 32 personnes ont été arrêtées à la suite d’affrontements avec les forces de l’ordre. En Grèce, la police attend 10 000 manifestants, un chiffre moins élevé que lors des précédentes mobilisations. Ces trois pays ont adopté des budgets de rigueur, réduisant leurs dépenses et augmentant les impôts, pour répondre aux efforts économiques demandés par les institutions européennes. Dans les pays du Nord, moins touchés par la crise, la grève est moins suivie. Le président de la Fédération européenne des employés, Philippe de Buck, a mis en garde contre des protestations qui entravent l’activité économique.

Irlande : Mort d’une Femme à cause de la Législation Anti-Avortement

Deux enquêtes ont été ouvertes en Irlande après la mort par septicémie (intoxication du sang), le 28 octobre, de Savita Halappanavar alors enceinte de 17 semaines. La jeune femme de 31 ans, qui a demandé à plusieurs reprises à se faire avorter s’est vu répondre que l’Irlande était « un pays catholique », et que les médecins ne pouvaient intervenir « tant qu’il y avait un battement de cœur ». Sa mort illustre les conséquences dramatiques de la législation anti-avortement irlandaise : bien que l’avortement soit en droit autorisé lorsque la vie de la mère est en danger « de façon claire et substantielle », la législation irlandaise empêche l’application de ce droit, et ce, malgré des condamnations de la Cour Européenne des Droits Humains. L’Irlande est, avec Malte et la Pologne, l’un des pays de l’Union Européenne les plus restrictifs sur l’accès à l’avortement. Le 18 octobre, l’ouverture de la clinique pro-avortemnet Marie Stopes, à Belfast, en Irlande du Nord, avait provoqué la colère des anti-avortements. Un groupe d’experts a remis au ministre de la Santé, James Reilly, un rapport sur les pistes pour réformer l’accès à l’avortement.

Libération de Taliban Afghans Prisonniers au Pakistan

Islamabad s’est dit prêt à libérer des Taliban Afghans retenus prisonniers au Pakistan et susceptibles de jouer un rôle dans la réconciliation entre groupes Taliban et gouvernement Afghan. Il y a une semaine, le gouvernement afghan avait déclaré avoir échoué à nouer des pourparlers avec les Taliban, condition nécessaire pour établir une stabilité dans la région, alors que les troupes de l’OTAN doivent se retirer d’ici la fin de 2014. Leur libération devrait encourager d’autres Taliban à participer aux efforts de paix. Les noms des prisonniers ne sont pas encore connus ; ils seraient une dizaine. Même si la libération des prisonniers ne produit pas d’avancée spectaculaire dans un processus de réconciliation enlisé depuis plusieurs mois, elle montre la bonne volonté d’Islamabad, soupçonné par le gouvernement afghan et les Etats-Unis, d’utiliser les groupes insurgés, dont le réseau extrémiste Haqqani, pour contrer l’influence de l’Inde dans la zone. Le Pakistan a toujours démenti jouer un double jeu.

Budget Européen 2013 : les Discussions Achoppent

Alors que doit se dérouler les 22 et 23 novembre un sommet européen sur le budget 2014-2020, les discussions ont achoppé hier soir entre partisans d’une augmentation de €9mds ($12mds) du budget 2013, proposée par la Commission, et tenants d’une limitation des dépenses. Devant l’opposition du Conseil européen aux €9mds, les parlementaires européens ont refusé de participer aux négociations. « Nos positions comportent des éléments qui ne coïncident pas parfaitement, pour employer un euphémisme britannique », a déclaré le Président du Conseil italien et ancien commissaire européen, Mario Monti, après une visite du Premier Ministre britannique, David Cameron, au cours de laquelle celui-ci n’a pas réussi à convaincre son homologue de se rallier à la position qu’il défend avec la Suède, les Pays-Bas et le Danemark. Les €9mds ($12mds) doivent permettre de couvrir des dépenses d’infrastructure, d’éducation et de recherche. Ils représentent une augmentation de 6,8% par rapport au budget 2012. De nombreux gouvernements européens souhaitent limiter l’augmentation à 2,8%. Les dissensions concernent également le budget pluriannuel 2014-2020.

François Hollande, un Président Libéral, qui Reconnaît l’Opposition Syrienne

Le Président français, François Hollande, a donné hier sa première grande conférence de presse, six mois après son élection à la tête du pays. L’exercice a été salué par une grande partie de la presse, qui y a vu la transformation d’un « président normal » – slogan de campagne de François Hollande – en un « président responsable ». Se plaçant clairement dans la ligne d’un socialisme libéral, le chef de l’Etat a défendu les mesures d’austérité adoptées par son gouvernement depuis le début de son arrivée au pouvoir – crédits d’impôt aux entreprises de €20mds, augmentation de la TVA de 0,4% en 2014, augmentation d’impôts. Le Président Hollande a entériné l’abandon de promesses de campagne, comme l’accès à la procréation médicalement assistée pour les couples de lesbiennes, et le droit de vote aux étrangers non citoyens européens pour les élections locales. Sur le plan international, il a annoncé que la France reconnaissait la Coalition Nationale Syrienne comme  « le futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique ». La France est ainsi le premier pays occidental à apporter un soutien si clair aux opposants de Bachar el-Assad. Concrètement, cette reconnaissance ouvre la possibilité pour la France de livrer des armes aux insurgés sans risquer d’être accusée d’ingérence dans les affaires syriennes. La Syrie a qualifié cette reconnaissance d’ « immorale ».

Share on Twitter    Share on Facebook