Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 30 octobre 2012

New York Frappé par la Tempête Sandy

La tempête Sandy s’est abattue hier soir sur New York et sur Atlantic City, dans le New Jersey, obligeant la centrale nucléaire d’Oyster Creek à arrêter l’un de ses réacteurs. Au moins 3,6 millions de personnes ont été privées d’électricité à la suite du passage de Sandy. Ecoles, transports en commun et New York Stock Exchange sont toujours fermés aujourd’hui. Il s’agit de la plus longue fermeture depuis le 11 septembre 2001. Le président américain, Barack Obama, a décrété l’état de catastrophe majeure dans l’Etat de New York et celui du New Jersey. 16 personnes sont mortes. Les estimations des dommages varient actuellement entre €7,7mds ($10mds) et €15,4mds ($20mds). Mais les économistes commencent déjà à évaluer les bénéfices que l’économie pourra tirer de la reconstruction. Selon Peter Morici, économiste et professeur à l’Université du Maryland, « entre $15mds et $20mds vont être dépensés pour la reconstruction après la tempête ». La tempête devrait perdre de sa force en s’avançant à l’intérieur des terres. A Haiti, également frappé par Sandy, on redoute une crise alimentaire due à l’augmentation des prix, et la recrudescence du choléra.

Interdiction des Manifestations au Bahrein

Le gouvernement bahreïni a interdit toutes les manifestations de protestation contre le régime. Jusqu’ici, a déclaré le ministre de l’Intérieur, le gouvernement s’est battu pour respecter la liberté d’expression en autorisant les rassemblements, mais ce privilège a été « à maintes reprises utilisé de façon abusive », et il nuit à la stabilité du pays. Depuis février 2011, les manifestations se sont multipliées contre le régime de Manama. Elles sont le fait de la majorité chiite, qui représente 70% des 525 000 habitants de cet Etat pétrolier du Golfe, mais se dit discriminée par l’élite sunnite. L’interdiction de manifester s’adresse particulièrement au groupe chiite al-Wefaq, à l’initiative de nombre de ces protestations. L’un de ses porte-parole, Hadi al-Musawi, a déclaré que l’interdiction gouvernementale était « contraire aux droits humains internationaux ». Tout en appelant à un dialogue, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux ont de fait pris le parti de la monarchie bahreïni depuis 20 mois. La 5e flotte américaine stationne dans les eaux territoriales du Bahrein. Selon l’opposition, qui a prévu une autre manifestation vendredi, au moins 80 personnes sont mortes depuis février 2011.

Mines Sud-Africaines : Affrontements entre Police et Manifestants

La police a tiré des balles de caoutchouc et utilisé du gaz lacrymogène pour disperser 1000 manifestants de la mine d’Anglo American Platinum (Amplats). L’entreprise a accepté ce week-end de réintégrer les 12000 mineurs qu’elle avait licenciés en raison de leur participation à une grève de 6 semaines. Les mineurs d’Amplats demandent une augmentation de salaire. Le revenu moyen d’un foyer blanc sud-africain – 365000 rand (€32400 ou $42000) est 6 fois supérieur à celui d’un foyer noir – 60600 rand. « On gagne des cacahouètes », a déclaré l’un des mineurs grévistes. Depuis août, les mineurs manifestent en Afrique du Sud contre leurs conditions de travail. Les affrontements avec la police ont causé plusieurs dizaines de morts, notamment à Marikana, le 16 août, où 34 mineurs ont été tués, ce qui représente le massacre le plus sanglant depuis la fin de l’Apartheid, en 1994. Les grèves ébranlent la position du président, Jacob Zuma, alors que doit être désigné en décembre le candidat de l’African National Congress (ANC) pour les élections présidentielles de 2014. Lors d’une conférence de presse lundi, Zuma a minimisé la situation : « En démocratie, il y a tout le temps des grèves. C’est tout à fait exagéré de dire que, parce qu’il y a des grèves, l’Afrique du Sud est en crise. »

Budget Européen : Coupes de €50mds dans une Première Version

Une version préliminaire du budget de l’Union Européenne (U.E.) pour 2014-2020 a commencé à circuler lundi soir. Elle prévoit une coupe de €50mds ($65mds) par rapport à la version initiale, ce qui représente une concession par rapport aux demandes britanniques. Le premier ministre britannique, David Cameron, a plusieurs fois indiqué qu’il opposerait son veto si le budget européen lui paraissait trop élevé, refusant que le budget de l’U.E. augmente alors que les gouvernements nationaux doivent pratiquer des politiques d’austérité. Les 27 pays de l’U.E. doivent se réunir à Bruxelles les 22 et 23 novembre pour un sommet sur cette question. La Commission européenne a proposé un budget de €1,033trillions, le cadre financier pluriannuel, soit un peu plus de 1% du revenu intérieur brut de l’U.E. Elle a indiqué ne pas soutenir la proposition qui circule actuellement.

Palestiniens en Campagne pour le Statut d’Etat Observateur Non Membre de l’ONU

Les Palestiniens ont lancé une offensive diplomatique pour rallier une forte majorité à l’Assemblée Générale des Nations Unies (A.G.N.U.), leur permettant d’obtenir le statut d’Etat observateur non membre de l’organisation internationale, statut qui est aussi celui du Vatican, et qui constituerait un premier pas vers la reconnaissance d’un Etat. Sur les 193 Etats membres de l’A.G.N.U., les Palestiniens peuvent compter sur 115 votes positifs, principalement de la part d’Etats de pays en développement ou issus de la décolonisation, qui soutiennent leur cause, 22 votes négatifs, emmenés par les Etats-Unis, et 56 abstentions. Les négociateurs palestiniens espèrent faire pencher du côté du « oui » certains pays européens, pour donner du poids à leur demande, qui n’a pas été entendue lors de l’A.G.N.U. en septembre. Ils ont notamment rencontré le président français, François Hollande, ce week-end. Cette offensive palestinienne est mal perçue par les Etats-Unis et Israël. Les premiers ont retiré €148m ($192m) d’aide économique à l’Autorité palestinienne. Les seconds contre-attaquent : en visite à Paris aujourd’hui, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, abordera le sujet avec François Hollande. Le vote aux N.U. doit avoir lieu en novembre.

 

Share on Twitter    Share on Facebook