Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Mardi 23 octobre 2012

L’Emir du Qatar en Visite à Gaza

L’émir du Qatar, le cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, est arrivé aujourd’hui à Gaza pour une visite historique, la première d’un chef d’Etat étranger dans ce territoire de 41 km de long, depuis 1999. L’émir vient inaugurer un projet d’investissement de $400m (€308,5m) pour la construction de 1000 habitations à Khan Younis, au Sud, notamment. Sa visite a une signification politique forte : le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, est considéré comme une « organisation terroriste » et boycotté sur la scène internationale. Sur le plan intérieur, l’émir choisit Gaza, et non la Cisjordanie où se trouve le siège de l’Autorité palestinienne. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, membre du Fatah, le parti politique rival du Hamas, a rappelé l’importance de l’unité territoriale palestinienne. Le Hamas est soupçonné par le Fatah de vouloir créer un Etat indépendant dans l’enclave de Gaza.

Syrie : l’Opposition Dubitative face à l’Amnistie Annoncée par Bachar

Le président syrien Bachar el-Assad a annoncé mardi à la télévision une amnistie générale pour tous les crimes antérieurs au 23 octobre. L’amnistie ne concerne toutefois pas les « terroristes » ni les « criminels en fuite », deux catégories floues qui désignent aussi bien insurgés qu’opposants pacifiques. C’est la quatrième amnistie décrétée par le régime de Damas depuis juin 2011 ; elle laisse les opposants au régime et les observateurs dubitatifs. « Ce n’est pas une vraie amnistie. Il [Bachar] libère 100 prisonniers et en détient 500 autres », a déclaré Rami Abdul-Rahman, qui dirige l’ONG l’Observatoire Syrien des Droits Humains. Les arrestations reprennent souvent juste après la publication du décret. A trois jours de la fête du sacrifice (Aid Adha), la trêve demandée par l’envoyé spécial des Nations Unies (N.U.) et de la Ligue Arabe, Lakhdar Brahimi, paraît de plus en plus incertaine alors que les combats font rage à Alep et Damas.

L’Iran Menace d’Arrêter ses Exportations de Pétrole

Le ministre iranien du pétrole, Rostam Qassemi, a annoncé aujourd’hui que l’Iran arrêtera ses exportations pétrolières si les sanctions que lui imposent les pays occidentaux se renforcent : « Nous avons préparé un plan pour gouverner le pays sans revenus pétroliers », a-t-il dit, mettant en garde contre les conséquences pour les Américains et les Européens. L’Union Européenne et les Etats-Unis ont renforcé leurs sanctions financières et commerciales contre l’Iran soupçonné de mettre en œuvre un programme nucléaire à des fins militaires, ce que l’Iran a toujours démenti. Rostam Qassemi a assuré que son pays produisait toujours 4 millions de barils par jour. L’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (O.P.E.C.) et l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (A.I.E.A.) ont des estimations plus basses, à 2,7m barils/jour pour l’O.P.E.C. et 860 000 barils/jour. Cette dernière estimation signifierait une perte de $147m (€113,3m) par jour en revenus pétroliers pour l’Iran par rapport à 2011. Début octobre, le cours du rial, la monnaie iranienne, a perdu 40% de sa valeur, entraînant le mécontentement de la population et des manifestations.

U.E. : Projet de Quotas de Femmes dans les Directions d’Entreprises

Les commissaires européens votent sur un projet de directive imposant 40% de femmes dans les conseils d’administration des entreprises européennes cotées, en 2020. Pour la première fois depuis l’arrivée à sa tête de José Manuel Barroso, en 2004, la Commission, qui se décide d’ordinaire par consensus, tranchera par le vote. Porté par la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding, le projet divise les Européens ; le Royaume-Uni notamment s’y oppose. Pour ses détracteurs, si le problème est réel, il ne doit pas être réglé par l’Union Européenne (U.E.), mais par les Etats. D’après le Financial Times, le projet de directive ne prévoit plus de sanctions en cas de non atteinte de l’objectif. Sur un sujet similaire, la commission des affaires économiques du Parlement européen a rendu hier un avis négatif sur la nomination d’Yves Mersch au directoire de la Banque Centrale Européenne (B.C.E.). S’il était désigné, l’organe exécutif de la B.C.E., qui compte 23 membres, serait intégralement masculin jusqu’en 2018. Le président du Conseil européen a exhorté le Parlement, qui doit voter en session plénière jeudi, à ne pas suivre cet avis.

U.S.A. : Dernier Débat non Décisif entre Romney et Obama

Le président en exercice, Barack Obama, et le candidat républicain, Mitt Romney, se sont affrontés hier une dernière fois avant les élections présidentielles du 6 novembre. Si Obama a d’emblée été plus offensif, les deux candidats n’ont pas montré de réelle divergence de fond : sur le retrait des troupes américaines d’Afghanistan d’ici 2014, le soutien à Israël en cas d’attaque, l’utilisation d’armes contre l’Iran en dernier recours, les dangers d’une intervention en Syrie ou l’utilisation de drones contre les terroristes, ils n’ont pas exprimé de position antagoniste forte. A Romney qui soulignait qu’« il n’y a jamais eu aussi peu de navires dans l’armée américaine depuis 1917 », Obama a répliqué : « Nous avons aussi moins de chevaux et moins de baïonnettes ». La pique a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Romney a plusieurs fois ramené l’échange sur les questions économiques, considérées comme plus décisives pour remporter l’élection. Si Obama apparaît vainqueur à l’issue du débat, les candidats sont toujours au coude à coude dans les sondages.

Share on Twitter    Share on Facebook