Nos éditions quotidiennes, dans leur forme actuelle, prendront fin le 31 décembre 2013.

Nous faisons le point sur les 18 derniers mois et le modèle actuel d'Evening Edition. Merci de votre soutien.

Vendredi 19 octobre 2012

U.E. : compromis sur la supervision bancaire

Un compromis a été trouvé entre la France et l’Allemagne lors du sommet européen à Bruxelles. Le cadre légal pour un mécanisme de supervision bancaire unique sera défini d’ici la fin de l’année ; la nouvelle instance sera progressivement mise en place en 2013 pour être effective début 2014, échéance plus tardive que celle demandée par Paris. L’Allemagne fait une concession en acceptant que la supervision bancaire s’applique aux 6000 banques de la zone euro, y compris aux banques régionales qu’elle voulait garder sous supervision nationale. Conformément au souhait de Berlin, le Mécanisme Européen de Stabilité (M.E.S.) ne commencera à recapitaliser les banques qu’une fois mis en place le nouveau mécanisme de supervision bancaire. Les pays européens doivent trouver dans les prochaines semaines une solution pour l’Espagne qui, dans l’attente de la recapitalisation de ses banques par le M.E.S., continue de creuser son déficit. Le sommet européen qui s’achève aujourd’hui laisse en suspens la question de l’articulation entre Etats de la zone euro et Etats non membres de la zone euro.

Syrie : Appels Répétés à la Trêve, les Massacres Continuent

L’envoyé spécial des Nations Unies et de la Ligue Arabe, Lakhdar Brahimi, est de retour à Damas où il doit rencontrer samedi le ministre des affaires étrangères, Walid al-Muallem pour parler du cessez-le-feu et de la situation syrienne en général. Le cessez-le-feu demandé par Brahimi aurait lieu pendant la fête du sacrifice (Aïd al-Adha), la plus importante de l’Islam, qui se déroule du 26 au 28 octobre cette année. Il se ferait sans observateurs extérieurs, sous la responsabilité des Syriens. Cette proposition a rencontré l’approbation de l’Iran, allié du régime de Damas, comme de la Turquie, l’un de ses opposants les plus déterminés dans la région, qui continue ses frappes de représailles contre les tirs d’obus syriens. La multiplication des affrontements entre rebelles et forces gouvernementales rend toutefois cette hypothèse de plus en plus improbable. Le dernier cessez-le-feu, en avril, avait été un échec. L’envoyé spécial, Kofi Annan, avait démissionné quelques mois après. A Beyrouth, une bombe a explosé aujourd’hui, faisant au moins huit morts et 80 blessés. L’origine de l’explosion n’est pas encore connue. Lakhdar Brahimi avait mis en garde mercredi contre une extension du conflit syrien à toute la région.

Deux Corées : Menaces de Représailles à propos de Tracts

La Corée du Nord a menacé d’ouvrir le feu sur une zone touristique à Paju, une ville frontalière de Corée du Sud. Cette menace intervient en réponse à l’annonce faite par des activistes nord-coréens réfugiés au Sud, de larguer des tracts avec des billets de $1 en Corée du Nord ; la monnaie américaine est prisée de l’autre côté de la frontière, dans un pays touché par la pauvreté. De la part de Pyongyang, il s’agit de l’avertissement le plus sérieux lancé à Séoul depuis des mois : en menaçant de frapper une zone géographique précise, la Corée du Nord franchit un pas par rapport aux propos véhéments qu’elle a souvent contre Séoul. Le ministre de la défense sud-coréen, Kim Kwan-jin, a réagi avec fermeté : « Si cela se produisait, il y aurait une réponse appropriée contre la source de cette attaque », a-t-il déclaré aujourd’hui devant une commission parlementaire. La dernière passe d’armes entre les deux pays remonte à 2010, lorsque Pyongyang avait pilonné une île sud-coréenne, causant la mort de civils. Le nouvel épisode de tension survient alors que le neveu du dirigeant nord-coréen, Kim Han-sol, étudiant en Bosnie, a donné une interview à une chaîne de télévision finlandaise dans laquelle il a qualifié son oncle de « dictateur » et exprimé son souhait « d’améliorer les choses » pour la population nord-coréenne.

Rencontre Internationale sur l’Intervention au Nord Mali

Le groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali, qui rassemble la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les Nations Unies, l’Union Européenne et l’Union Africaine, se réunit aujourd’hui à Bamako pour discuter des modalités d’intervention dans le Nord Mali, aux mains de groupes islamistes depuis le coup d’Etat en mars dernier. Des positions tranchées s’affrontent : la France et certains pays d’Afrique de l’Ouest, qui veulent se prémunir des affrontements sur leur territoire, sont favorables à une intervention militaire. L’Algérie, principal acteur militaire de la région, soutient la voie de la médiation. Egalement partisans de cette approche, les Etats-Unis souhaitent une stabilisation de la situation politique intérieure au Mali avant le déclenchement d’une intervention dans le Nord. En raison de l’ampleur des divisions sur la marche à suivre, les attentes sont faibles et aucun plan d’action n’est attendu. A Bruxelles, les dirigeants éuropéens ont exprimé pour la première fois une position commune : ils ont qualifié la crise au Nord Mali de « menace immédiate pour l’Europe » et envisagent des sanctions ciblées « contre les groupes armés du Nord et ceux qui entravent le retour à un Etat de droit ».

Google : Mauvais Résultats au 3ème Trimestre

La publication par erreur des résultats financiers de Google jeudi après-midi a fait baisser le cours de l’action de près de 11%. La cotation a été interrompue pendant deux heures ; à la réouverture, l’action a remonté de trois points pour fermer finalement avec 8% de baisse. Le bénéfice net de Google s’établit en effet à un peu plus de $2mds au troisième trimestre, soit une diminution de 20% par rapport au trimestre précédent. Cette contre-performance économique s’explique par l’acquisition du constructeur de téléphones portables, Motorola, pour $12,5mds en août ; cette entité du groupe a perdu $527m. Commentant les résultats officiels jeudi soir, le PDG de Google, Larry Page, a insisté sur les revenus annuels, en augmentation de 45%, et sur les recettes publicitaires. Les résultats de Google interviennent dans un contexte d’annonces décevantes pour d’autres entreprises technologiques comme Microsoft, Intel, Facebook ou IBM.

Share on Twitter    Share on Facebook